L’escalade sur glace m’a toujours fasciné. Elle fut surement mon premier amour dans la dimension verticale; pourtant ces dernières années je m’en étais éloigné. La lassitude du dry tooling sportif avec ses artifices n’y est surement pas pour rien. L’an passé je n’avais parcouru que deux cascades , Repentance et Trip in the Night. Mon agenda était plutôt dense en 2018; faire matcher disponibilités / compagnon de cordée / conditions, était compliqué.

Je profitais de l’automne avec de mauvaises conditions en montagne pour beaucoup travailler afin de me dégager un maximum de temps pour l’hiver.

Une bonne motivation me poussait à renouer avec ce plaisir simple qu’est de grimper de l’eau gelée. Pour la première série de cascades, je restais dans ma zone de confort et en profitais pour découvrir des lignes en WI5 que je n’avais jamais grimpé.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

À Chamonix le choix fut plus limité , la rive droite du glacier d’argentiere semblait correctement formée. Avec Dani Castillo nous grimpons la Jumelle de droite. Un beau WI5 avec un pilier aérien dans la seconde partie.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Avant de m’installer dans la vallée de Chamonix en 2012, j’avais beaucoup grimpé dans l’Oisans , mais je n’étais jamais allé au Fournel et Freissinières . Ma seule expérience glace là-bas fut une semaine à Ceillac en 2011 où nous dormions par -15°c dans nos voitures!

Je demandais régulièrement les conditions à Anouck Mouthon , cette dernière me proposa un week-end de glace alors que les routes du Fournel et Freissinières allaient être dégagées en vue de l’Ice Climbing Écrins. Le samedi nous parcourons le Monde des Glaces, puis le Dimanche Impatience.

Je ne sais pas pourquoi mais je m’étais fixé sur cette cascade ouverte par François Damilano en 1989. J’avais vu une vieille vidéo alors que je démarrais la montagne . Au final rien d’extrême, sinon la double douche glacée qui a mis à l’épreuve ma gore-tex et la sensibilité de mes mains.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Par la suite se passe une période de flottement où je peine à trouver des compagnons de cordées. l’indéfectible Catalan se joint à moi pour une virée à Cogne. Une fois arrivés nous constatons le manque de conditions et de neige dans le secteur. L’option glace au soleil nous séduit et nous parcourons Tuborg .

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Par la suite que mets le cap vers les gorges de Bramans et leurs cascades dont la renommée dépasse la Maurienne . Avec Ben de Reviers nous grimpons “Sarret C t un Jeu” , WI5+/6 M5 d’après le topo.

Une voie moderne ouverte l’an passé par Mathieu Brignon et Nicolas Bauquis. L’escalade est un régal. Nous arrivons au sommet de ce trait de glace enchantés!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Enfin Glacenost WI6. Cette cascade est une belle meringue. Ouverte en 1989 par Marc Malvoti et le discret mais talentueux Fred Valet elle n’a pas pris une ride et demeure une classique de cette difficulté. La semaine précédente, alors que nous étions dans “Sarret” nous avions une vue sur les 10 derniers mètres de la cascade qui semblaient décollés .

Entre temps il y’eut dans la semaine de nombreux passages et les retours semblaient plutôt bons. Réveil à 3h20 à Vallorcine pour un aller retour express, Ben est de nouveau de la partie et ce dernier part de Grenoble un peu plus tard. Nous nous retrouvons au parking et cette fois ci prenons nos skis  (Il n’y a pas de navettes les Lundis-Mardis) . Un rapide pierre/feuille/ciseaux où je perd, me lance directement dans la glace. Je démarre ainsi L1 en WI5/5+ que nous finirons en corde tendue, et Ben s’offre L2 en WI6. 120m de verticalité qui font bien plaisir!

En deux rappels nous retrouvons nos sacs, sortons des gorges, chaussons nos skis et arrivons aux véhicules.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

La suite devait se passer à Kandersteg, les objectifs étaient définis. Mais un redoux anormal s’invite durablement . La raison nous dissuade de grimper sur de raides structures dans un tel contexte . Mes contacts suisses confirment la situation et je me résigne à ranger les piolets cascades. La saison aura été bien courte cette année.