Cela faisait 9 ans que je n’étais pas retourné aux Courtes. La voie des Suisses avait été ma première face nord à Chamonix , et j’en garde un souvenir épique. Avec David Vigouroux et Jean-Pierre Force, nous nous étions fait prendre par la tempête. Nous étions partis des Grands-Montets où nous avions dormis et c’est 20h après que nous poussions la porte du refuge du couvercle. L’absence de visibilité au sommet nous avait conduit à nous fourvoyer dans le couloir Sud des courtes, croyant que nous étions sur la voie normale… La nuit nous avait rattrapé sur le glacier de Talèfre alors que nous titubions sur une neige croutée qui se brisait inlassablement sous notre poids.

Avril 2018: La voie des Autrichiens se situe sur la gauche de la voie des Suisses. La météo est optimale . Avec Dani Castillo nous partons pour une ascension rapide aussi notre matériel est adapté à cette dernière. Baudriers light, un brin de corde en 7.3mm Gully de Béal, une barre, 500ml d’eau chacun. Sans faire la course, nous mettons moins de 3h pour grimper la face. Dans le dernier tiers , une bande de glace vive sous la neige fraiche nous pousse à ralentir pour assurer tous nos pas. Nous n’avons même pas utilisé notre corde, mais progressé en solo côte à côte.

Nous marquons une pause au sommet puis démarrons la descente par la pente N/NE des Courtes. Dani a emporté de vrais skis, et c’est confiant, qu’il démarre en ski cette pente raide. De mon côté je suis équipé de skis de course à 65 au patin et de chaussures Gignoux en carbone. Un matériel peu adapté à ce type de descente. Au moment ou je rentre dans la pente je sens que ma chaussure touche plus que la carre de mes skis. Après 50m de dérapage qui me donneront un sentiment d’insécurité total, je plante mes piolets et bâtons et repasse en crampons. Je déescaladerai quasi intégralement la N/NE, ce qui impactera sur l’horaire de descente. Malgré cela nous arrivons en milieu d’après midi au parking des Grands-Montets, après être partis à la première benne. Contraste saisissant avec l’expérience vécue il y’a presque dix ans!

Ce diaporama nécessite JavaScript.